Evénement BtoB sur la déconstruction des bateaux de sport dans l’industrie nautique

Les 14 et 15 avril 2021, dans le cadre du projet CAPITEN, AGAN+ a organisé une conférence BtoB sur l’industrie nautique et l’économie circulaire à la suite de son travail mené pour le WP6 à travers lequel, et en collaboration avec les partenaires CIM Alto Minho et CETECIMA, une étude sur la déconstruction des bateaux de plaisance en fibre de verre a été réalisée.

Cette étude préliminaire abordait des aspects tels que la portée juridique et les connaissances acquises, l’analyse et l’identification de tous les agents impliqués ainsi que les dispositifs de déconstruction, principalement en Europe.

En outre, une enquête préalable a été préparée et sera envoyée à tous les agents concernés afin de connaître la situation actuelle de tous les aspects pertinents pour compléter l’analyse déjà effectuée.

L’analyse précédente permet de conclure que nous faisons face à une situation impliquant l’activité industrielle dans la zone portuaire, mais qui pourrait également être étendue aux zones industrielles et aux centres de recyclage de manière générale. On peut, en outre, partir des suppositions suivantes :

  • Les bateaux qui sont abandonnés afin d’être détruits impliquent l’existence d’un marché qui n’est pas encadré,
  • La fibre de verre est un matériau polluant lorsqu’elle arrive en fin de vie,
  • La déconstruction est un processus coûteux,
  • Cet aspect spécifique fait l’objet d’un vide juridique en Espagne qui se limite à appliquer les lois relatives aux déchets, lesquelles, pour la plupart, concernent des navires d’une taille plus importante que ce type de bateaux.

Il en résulte que la faisabilité de cette démarche n’est pas suffisante pour attirer les armateurs ou les propriétaires de bateaux en fibre de verre, les associations et l’industrie du recyclage et de la réévaluation des déchets, sans le soutien financier des administrations compétentes.

Compte tenu de tout ce qui précède, différentes entités susceptibles d’apporter leurs connaissances sur le sujet, non seulement en matière de déconstruction mais aussi d’éco-conception, d’éco-construction, d’entretien périodique des bateaux et d’économie circulaire, ont été invitées à la conférence.

Parmi les entités participantes figuraient : les partenaires du projet CAPITEN, les opérateurs logistiques, les associations nautiques de France, d’Espagne et du Portugal, l’université de La Corogne, l’école d’ingénieurs du Pays basque, les associations d’entreprises, les entreprises d’architecture et d’ingénierie navale de Galice, de Valence et du Portugal, les experts en financement de projets européens sur les questions d’économie circulaire, de formation et de législation de Catalogne et, enfin, les entreprises d’économie circulaire et d’innovation en matériaux recyclés du Pays basque et de la Communauté valencienne.

 

Conclusions générales

En conclusion de cet atelier, il ressort une nécessité de développer un écosystème de transition de l’innovation vers l’économie circulaire dans l’industrie et l’activité nautiques dans un environnement 4.0, lequel serait soutenu par :

  • La mise en place de cadres juridiques et de normes visant à harmoniser les investissements au sein de l’Union européenne,
  • Le développement d’initiatives commerciales dites « vertes », prenant en compte tous les secteurs qui génèrent des déchets de fibre de verre dans différents secteurs : nautique, aviation, automobile, énergie éolienne, etc.,
  • La stimulation de la collaboration entre tous les agents impliqués dans les différents processus, le secteur nautique en général, les agences d’innovation et les centres de recherche publics et privés et l’administration,
  • Cette démarche constitue une véritable opportunité de création d’emplois à différents stades du processus, depuis la conception, la construction, le recyclage et la réutilisation de tous les matériaux qui en résultent.

 

Les enregistrements des différentes sessions sont disponibles ici (en espagnol) :